Return to site

Emmanuel Macron et les start-ups

Quels changements pour les entrepreneurs ?

Le 13 avril dernier, alors en pleine campagne présidentielle, Emmanuel Macron s’est rendu au second sommet des start-ups organisé par Challenges pour présenter la partie de son programme qui concerne les entrepreneurs français.

« Nous devons devenir en 5 ans la nation des start-ups » telle est l’ambition de notre nouveau président pour le pays.

De cela une interrogation principale émerge : Quelles sont les mesures qui vont être prises au niveau des start-ups ?

Nous vous expliquons à quoi elles doivent se préparer.

L’entrepreneuriat selon Emmanuel Macron

Le président définit l’esprit start-up de la façon suivante : « C'est le courage d'aller vers des plaines inexplorées, c'est l'audace, l'agilité presque animale qui incite à se relever, à faire pivoter un modèle d'affaires ; à réinventer son projet initial. C'est la soif d'apprendre, de découvrir et de faire différemment. Toutes ces qualités, c'est ce que vous êtes en train d'inventer collectivement pour notre avenir. »

Il est aussi très enthousiaste pour le projet politique qu’il porte pour les start-ups et leurs avenirs : « Personne ne réussira ce changement seul, c’est un état d’esprit collectif, une transformation en profondeur de notre société, de notre économie et de nos mentalités. C’est cela que je veux que nous puissions faire ensemble les prochaines années. Etre une start-up nation dès demain est possible pour la France. Nous sommes en train de réussir ce pari »

Il estime que les start-ups ont de réelles responsabilités vis-à-vis de la France et ils comptent sur elles car il pense qu’elles peuvent transformer et améliorer la France tout entière.

Les mesures souhaitées par Emmanuel Macron impactant les start-ups

Après avoir énuméré et vanter les valeurs que représentait l’entreprenariat, Emmanuel Macron a livré ses principales mesures impactant les start-ups françaises.

Dans son envie d’encourager les start-ups à se développer et à innover Emmanuel macron souhaite :

  • Simplifier les dispositifs de crédit impôt recherche, de crédit impôt innovation, de crédit jeune entreprise innovante. En réduisant aussi leurs accès.
  • Une administration au service des innovateurs. Il s’appuie sur deux idées pour cela. La première étant « pour toute nouvelle règle dans un code, on en supprime une récente ». La deuxième est le droit à l’erreur. Plus précisément c’est que l’administration, lorsqu'elle contrôle, ne sanctionne pas (sauf quand cela concerne le droit pénal).
  • Changer le droit à l’innovation et à l’expérimentation. Permettre d’innover et d’expérimenter beaucoup plus vite grâce à des dérogations temporaires aux règles en vigueur.
  • Permettre aux entrepreneurs d’embaucher plus facilement. D’une part en supprimant le RSI et en simplifiant le Code du travail, d’autres part en favorisant les accords majoritaires d’entreprise et les accords majoritaires de branche.
  • Accompagner les entrepreneurs dans leurs croissances et dans le financement de ces croissances. Deux mesures pour cela, simplifier le compte entrepreneur investisseur et reformer l’impôt sur la fortune pour attirer de nouveaux des talents qui sont prêts à à investir dans les start-ups françaises.
  • Faire émerger des talents féminins dans la création de start-ups qui sont trop peu représentées dans le domaine.
  • Réussir à imposer la culture entrepreneuriale française au niveau européen pour créer de nombreuses opportunités
  • Avoir un vrai fonds de capital-risque européen pour permettre aux start-ups de se financer.

De ces mesures, on peut retenir une réelle volonté de vouloir aider les start-ups dans leurs croissances. En espérant que cela pourra faire émerger des consœurs et des confrères de talents ;)

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly